OLYMPIE AUX ORIGINES DES JEUX
http://img.over-blog-kiwi.com/2/09/12/84/20160715/ob_d9bb55_olympie.jpg

Les Grecs de l’antiquité fondèrent au VIIIe siècle, à l’époque d’Homère, leur chronologie (quadriennale) sur les Olympiades, donc sur des jeux qui suspendaient toutes les hostilités helléniques pour l’amour de l’art et du culte divin. Pindare le Thébain sut chanter deux siècles plus tard les glorieux héros affluant vers Olympie  même à partir de lointaines terres occidentales comme la Sicile, par exemple Théron d’Agrigente :

Πολλά μοι ὑπ’ ἀγκῶνος ὠκέα βέλη
ἔνδον ἐντι φαρέτρας
φωνᾶντα συνετοῖσιν

“Pourvu que j’aie en grand nombre, sous le coude, la pointe des traits,

longtemps encore à l’intérieur de mon carquois,

pour sonner aux oreilles des bons entendements !”

(Proposition de Théâme pour traduire un passage de la deuxième Olympique de Pindare.)

Il arrive donc que les poètes exercent leurs forces en athlètes !

Est-ce pour cela qu’un peintre italien du milieu du XVIIe siècle représente le Génie ou le talent avec une stature d’éphèbe ailé, armé, flanqué d’un grimoire et d’une sphère armillaire ?

P1030669
Strasbourg, Palais Rohan, Musée des Beaux-Arts, exposition “Ferveurs baroques” : G. M. Crespi (XVIIe s. – XVIIIe), “allégorie de l’Ingegno”, cliché Théâme.

En tout cas, le même musée de province montre la Mère des douleurs dans tout l’éclat de la peine assumée, de la responsabilité partagée, de la lumière propagée par elle sur la mer des misères humaines. Il est de saintes jeunesses qui, sans se lasser, renaissent.

P1030686
Strasbourg, Palais Rohan, Musée des Beaux-Arts : Domenicos Theotocopoulos dit El Greco (XVIe s. – XVIIe s.), “Mater Dolorosa”, cliché Théâme.

Dans ces salles palatiales, à son tour un regard plus frais et plus ancien, plus souriant et plus mélancolique, se porte sur le monde où  la mort surabonde, auquel il apporte pourtant la lueur capable de déjouer l’instinct tueur, l’énergie salutaire qui relève la terre vers le jour, par amour.

P1030696
Strasbourg, Palais Rohan, Musée des Beaux-Arts : Palma Vecchio (XVe s. – XVIe), “Salvator Mundi”, cliché Théâme.

En ces compétitions acharnées et ces soirées d’astres visitées, dans la nuit de feu, dans le feu des jeux, sachons suivre l’appel qui nous entraîne vers une fraternité souveraine.

planetarium-exposition-cap-sciences-2016-bandeau
http://www.cap-sciences.net/sites/default/files/kcfinder/files/planetarium-exposition-cap-sciences-2016-bandeau.jpg

 

2 Replies to “Déjà les jeux de la jeunesse réalisent une promesse.

  1. Merci pr la réminiscence des Jeux – passionnants à suivre, même la boxe féminine !
    Oui, notre musée des Beaux-Arts recèle des merveilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *