P1020760

A Paris VIe, la rue de Furstenberg poursuit sa mue : la douceur d’une maison et d’un jardin qui vous accueillent dans leur tranquille écrin régénéra d’abord le peintre Eugène Delacroix, certes sous la croix sereine de l’église Saint-Germain des Prés, mais surtout en plein site diapré d’herbes médiévales et médicinales.

P1020766

Quel bonheur de construire un atelier pour créer en voisin à Saint-Sulpice la lutte entre Jacob et l’Ange, de ne pas craindre les derniers supplices de l’âge grâce au ciel qui vous comble de miel !

P1020762

Alors la main se répare : le cœur s’emplit, comme un phare, du souffle qu’il faut pour l’éternité du bel amour une fois partagé. Une voix limpide doucement vous guide sur les sentiers, sous le figuier.

P1020774

Il suffit de retrousser les manches pour qu’apparaisse à travers les branches la musique changeant tout le sable des bruits en roses à venir, en buis fidèle, en puits.

P1020771

Une autre Juliette chantait la nostalgie… A Paris, clair demeure, d’heure en heure, un pari balayant les traités de polémologie : à Saint-Germain des Prés, partout le seul après ne peut être qu’un oui responsable à la paix.

P1020776

Les plus vieilles façades n’ont plus rien de malade si tant est que les citoyens transforment les murs mitoyens en aurores nouvelles, en fraîches étincelles, en serments de ferments.

P1020777

Telle Europe, au retour, le soir élargit l’aire fraternelle de la liberté solidaire, jusqu’au bord de l’accord.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *