La cathédrale la plus haute en âge comme en élévation se trouve sans doute à Strasbourg, consacrée à Notre-Dame en son Assomption. Dans deux ans, elle fêtera son millénaire ; depuis plusieurs mois, la place qui lui sert de parvis latéral se rénove à grands coups de fouilles.

Dans le même temps, l’une des élèves du lycée plusieurs fois centenaire qui la borde, puis de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, vient de mettre avec deux autres normaliennes agrégées de Lettres Classiques la dernière main à un livre de référence et de fond : le Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine (édition Omnibusfin 2012), ouvrage dirigé par Annie Collognat, rédigé avec Marguerite Vaudel et Catherine Bouttier-Couqueberg, est illustré par les récits de l’Antiquité dont elles ont mis à jour la traduction en établissant leurs substantielles sources, qui nourrissent toujours la culture et l’imaginaire occidentaux.

9782258092754_1_75

De fait, cet antique présent ou ces prés antiques méritent d’être arpentés, cultivés, partagés avec autant de plaisir que de générosité, d’Achéloos à Zeus-Jupiter déjà mentionné par “Théâme”, et d’Apollodore à Xénophon.

IMG_9758

Ainsi, comme d’autres lieux de passage et de passé, la place de l’Homme de fer, plaque tournante de circulation multimodale à Strasbourg, s’enracine dans un riche terreau de mémoire et de projets : dans la foulée de la démocratie participative elle aussi née en Grèce, les pas des quartiers s’efforcent de ne plus faire de quartiers face aux embouteillages ou à l’exclusion !

Il suffit d’ailleurs de saisir le livre de Tomi Ungereret Daniel Riot à l’heureux titre d’Europolitain (Anstett Editeur, 1998) pour que s’ouvrent à leur tour chez le lecteur la main qui sait dessiner et celle qui veut rédiger, pour que se déploient des ailes en dialogue franco-allemand, pour que se dégagent de plus larges-vues : “Je sais, concluait alors Tomi Ungerer, que, s’il n’est pas européen, le petit cap d’Asie qu’on prend pour un continent perdra tout ce qui fait qu’on l’aime – et qu’on s’y trouve bien”.

Or nos sources se révèlent à la fois limpides comme on les aime, solides comme l’implique leur équivalent grec qui se prononce “pègai”, et ruisselantes comme le suggère leur étymon latin lié au surgissement, que nous relisions l’évolution de nos métropoles ou que nous parcourions ce nouveau dictionnaire exhaustif et poétique (pages 176-177, 374-375)  : car la quête marine et fraternelle pour retrouver la mythique princesse proche-orientale Europe correspond réellement à la diffusion trois fois millénaire des moyens civilisateurs que sont les techniques nautiques d’une part, l’art alphabétique d’autre part, et qui donnent depuis lors, entre la grâce et l’effort, le jour à l’Europe !

roue-de-lenergie-de-Tomi-Ungerer-premier-Kwh-580x387

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *