P1030904

 Noël, jour de Naissance par excellence, engendre sur le globe une effervescence :

quel amour y court, d’un élan si sourd ?

Si la flamme de Bethléem redresse

le grand sapin,  sans bruit le pain

cuit pour nourrir notre cœur de tendresse.

Quand les guerres sont à l’arrêt,

de la terre si lente l’entente enfante et chante :

c’est la paix qui monte le guet.

P1030677

L’esprit, de guerre lasse, innerve enfin la masse

et l’inlassable paix nous fait quitter les quais

de la violence dans le silence

ou plutôt dans l’accord de l’âme avec le corps.

 

Il suffit qu’un tubercule lance en l’air ses minuscules

germes pour qu’un chandelier

de fortune montre la crèche qui parle mieux que tous les prêches :

mains d’humains vont se relier.

Infinie modestie

et Salut absolu

ensemble commencent une immense enfance,

s’incarnant pour notre doux combat intérieur ;

que se gonflent nos bronches et que nos pieds ne bronchent :

accueillons et suivons de la Paix le Seigneur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *