Un Gardien sous ses paupières nous guide vers la lumière : Gaby Kretz veille à St-Pierre le Jeune.

I. M.    G. R.

En amicale Mémoire de Geneviève Raugel.

Ses initiales ne signifient pas pour rien chemin de “Grande Randonnée” : les mathématiques jusqu’au trépas l’ont menée par une vie donnée à travers le grand monde des savants, mais aussi plus profond et plus avant, dans les joies spirituelles autant qu’intellectuelles, dans la saveur goûtée au quotidien – du chocolat aux accords musiciens.

Un jubé habité : par la grâce de Gaby Kretz, Saint Pierre le Jeune tout entier “marche vers la lumière”.

La veille, les volets de sa maison natale – alors que les tilleuls orphelins restaient seuls après avoir vu la petite fille grandir près d’eux avec des yeux qui brillent – avaient éperdument battu, béants et pâles de douleur au loin, d’impossibles soins. En SILENCE, deux Gardiens SAVENT : ils s’élancent sans bouger vers le bien que jamais nul ne tient, sinon le Cœur immense, source de tous les liens.

Strasbourg, cloître de Saint-Pierre le Jeune, création de Gaby Kretz.

Lorsque parle l’oreille et que la bouche écoute, chacun suit en l’ouvrant une nouvelle route, où l’autre est bienvenu dans des vigiles de vive argile, offrant ce qu’il a vu pour qu’ensemble on chemine dans les murs réparés, par le serein SILENCE où vibre la SCIENCE, par le cloître aéré sous l’air qui s’illumine.

Quand le cloître de Saint-Pierre frémit, l’on dirait sous la pluie des mots pétris par Gaby Kretz d’inédite sculpture, mais aussi de siècles, de sève et de nature.

L’intérieur devient rieur : à l’extérieur des portes, la rencontre est plus forte. Alors la mort, forcée de se taire au bord de la terre, disparaît sous la paix. La crypte est naissance : voici la présence. Autour du tombeau délabré, l’esprit sent la marche fonder l’arche : lui qui refusait fuse et jaillit. Comme une SCIENCE exacte qui construit SANS nul BRUIT, l’amour ose et pose ses actes.

Saint-Pierre le Jeune en ses fondements boit à longs traits l’éternel aliment : de la sépulture une autre sculpture reçoit la direction de la Résurrection.

 

One Reply to “Dans le silence de la science.”

  1. Bel art d’unir et d’apparier le KG de Gaby Kretz au B du Beau du Bien et de la Bénédiction et au GR de Geneviève Raugel mathématicienne saluée de ce continent où être femme demeure encore rare. Une vie s’achève dont seules nos mémoires seront gardiennes. Saint Pierre le jeune en ses cloîtres et cryptes se dote de ces gardiens muets et dénués d’ailes qui nous invitent en silence à être gardiens de nos frères. Et parmi les oeuvres de miséricorde de cette tendre garde que Dieu nous confie, N’oublions pas l’ultime et septième qui est de prendre soin de l’adieu et du rituel qui portent au ciel d’une vie qui vient de s’éteindre, son nuage et sa fumée. Toute vie est une très Grande Randonnée. S’en souvenir au moment du dernier pas est une caresse entre les vivants et les morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *