Bâle, ville d’antique naissance, est en perpétuelle mutation sur les rives du Rhin, à la croisée de trois nations.

Lieu d’art et de mémoire qui vit séjourner, puis mourir, Erasme, qui vit également passer Montaigne, elle est aussi le cœur d’une bouillonnante activité quotidienne, économique autant qu’artistique, tant industrielle que culturelle.

On peut ainsi conjuguer l’architecture aérée de Renzo Piano, rénissant par exemple dans la Fondation Beyeler des toiles ainsi que des bronzes d’Edgar Degas et l’œuvre aussi stable qu’aérienne d’Alexandre Calder, avec la plongée aux merveilles ensoleillées de Pétra au Musée archéologique, face au Kunstmuseum au plein centre de la cité.

Le tout se déroule au rythme calme et dansant des rails du train, du tram, qui vous amènent sans fatigue au cœur de l’art polyglotte, de diverses délices ou de la magie carnavalesque.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *