Mulhouse-Ouest, canal de l’Ill.

Vue des Vosges Mulhouse, nous dit un spécialiste, s’arrondit en une vasque verdoyante : sève en vapeur, rêve de fleurs, des vieux moulins l’eau flamboyante…

Quotidien L’ALSACE, 21 avril 2021, « Sur la trace des arbres remarquables » de Mulhouse.

… ne cesse de courir comme pour mieux nourrir de très anciens arbres, plus fermes que marbre. Parfois, le décloisonnement de nos pauvres confinements s’épanouit en rocaille : alors l’hiver s’écaille, alors les escaliers deviennent espaliers, portant fièrement la promesse de partages tout en largesses.

Rocaille réalisée par Enzo, « Fleurs et Nature« .

Est-ce qu’un jour en EurOpe l’œil de lynx neutralisera la cruauté du sphinx ?

Un lynx en capture d’écran sur Arte, dans « Le Retour de la nature sauvage » :
« Allemagne, du rideau de fer à la ceinture verte ».

Est-ce que guerres et frontières n’ont pas soutiré de tribut suffisant pour que la lumière de la paix lance un vrai début ? Or de l’Europe LA COLONNE VERTEBRALE ne peut être qu’UNE CEINTURE VEGETALE reliant radicalement les terroirs pour qu’ensemble ils puissent mieux vivre et voir ! A partir de ce Jour de la terre, que le Ciel soulage, désaltère, les souffrants en offrant ses fragiles merveilles qui poussent et qui veillent !

Un mirador se mire encore sur les ondes limpides
qui supplantent l’ancienne frontière entre RFA et RDA :
documentaire « Le Retour de la nature sauvage« .

3 Réponses de “Colonne végétale.

  1. Traversée.
    Théière réverbère
    Ondes liquides et marées
    Lumière qui jaillit de la terre
    Offrande d’éternité
    Que partage notre mère.
    Vivante d’immensité.
    Tu coules dans nos chairs
    Parfums suaves déversés
    Matin d’orient étrange et clair.
    Une fleur murmure: déjà l’été

    1. Merci pour la poésie, cette caresse de vie ! Heureusement que des mots la couleur ne fait pas trop haut monter la chaleur… Il vaudrait mieux attendre encore l’été tendre : que du moins tous les soins humains, faisant tomber la fièvre de la terre, abreuvent les lièvres !

  2. Nous admirons sur le miroir des eaux le mirador rendu mirifique. Le reflet un peu tremblé prend-il congé de la colonne ? Mais bénis soient les arbres de notre ville aux moulins. Leurs colonnes végétales ont des racines qui gardent de ses vasques l’humidité souveraine, et la verdure de ses jardins. Tant que coule l’Ill et que veillent nos réservoirs, nous n’aurons pas à lutter contre un mur de sécheresse, ni à confier à de seules rocailles de plus sobres cactées, qui font parfois les bijoux d’un intérieur où se médite toute beauté. Gardons l’oeil du lynx et sa vigie sauvage. Regarder, c’est garder deux fois. Alors ayons l’oeil, ayons-le large et gardien !

Répondre à ANNE MIGUET Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here