cent-pages-05

On ne boude pas son plaisir comme certains critiques trop chagrins si les aléas du télétexte télévisuel vous orientent en famille vers les chaînes disponibles et, ainsi, vers la création jaillie de deux familles célèbres : un Colucci et un Jaoui savent conjuguer leurs immenses talents entre eux et avec le souffle de Paris comme avec le sourire de l’enfance.

100pagesblanches_7

Quelle justesse et quelle tendresse dans le film tiré du roman de Cyril Massarotta “Cent pages blanches” ! On dirait une étiquette sur le film… protégeant la pochette d’une fourniture scolaire. Mais, vrai, “pour emporter de grands souvenirs, il ne faut pas regarder en arrière”, nous rappelle l’auteur.

2929777_a7bdd89a-dde2-11e2-a250-00151780182c_545x341

Dès lors, Amélie Poulain et Mary Poppins se rencontrent sur et sous les toits de Paris, tandis que les goûteuses cerises vous font la mine moins grise entre les vieux accidents et le jeune cœur battant, juste entre l’impassible cours de l’histoire et les jours révélateurs de la mémoire. 

cent-pages-blanches

Slumdog Millionaire vient côtoyer d’un air modeste Proust et Balzac sans oublier les Intouchables, ni Jean Tinguely à la barbe et la moustache de saint Merri, saint Eustache, jouant avec Niki de Saint Phalle à la balle ! Ainsi, la citation n’est plus répétition ; mais elle invente, voire elle enchante : apprenons donc à réfléchir juste assez pour tout rafraîchir et que les voies anciennes deviennent musiciennes…

4566293

En essayant d’ouvrir les euro’ (mais, décidément, Théâme hésite devant l’s qui les assimilerait au vent chaud des Grecs anciens !) comme les Européens à la dimension de Large-Vue, contenue dans notre nom d’EurOpe et dans le filigrane du billet où figurent pour la première fois des caractères cyrilliques, Mario Draghi le suggère : l’agriculture , la culture, toute entreprise européenne, sollicitent une liberté solidaire pour – autant que par – “l’unité et la diversité de notre continent”. Puisque toute vie et chaque journée nous offrent tant de plages à parcourir, tant d’équipages à bâtir, Cent pages et cinq euro’ suffiraient-ils à mieux nous lancer ensemble vers l’avenir qui mobilise, qui transcende, qui dynamise, les souvenirs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *