cr640450-b087ca
Une scène du film “La Belle Equipe” avec Jean Gabin (à droite), http://www.parisfaitsoncinema.com/cache/media/belle%20equipe%202/cr,640,450-b087ca.jpg

Le film – plus noir que blanc – de Julien Duvivier La Belle Équipe nous permet de traverser 80 ans, des attaques et des alliances, en vue de tisser une amitié fraternelle toujours nouvelle ainsi qu’une paix sans cesse en projet : la solidarité donne ses ailes à notre misère pour qu’elle SCELLE plutôt des accords que notre confort ! Mais une ÉQUIPE est d’abord équipage à bord d’un bateau, des plus frêles esquifs aux  paquebots massifs, évitant les indignes esquives, restant – pour sauver – sur le qui-vive !

p1040159
A la porte de l’Assemblée Générale de la SEAL réunie à l’hôtel Hilton de Strasbourg, cliché Théâme.

Tel est le rôle des sociétés : la racine de ce terme puise dans un élan qu’ensemble construisent la dynamique et la liberté, qu’il s’agisse de la démocratie ou d’organismes que leur but relie. C’est ainsi que la SEAL (Société des Écrivains d’Alsace, de Lorraine et du Territoire de Belfort, pour peu qu’on interroge les connotations anglaises de cet acronyme) RÉALISE l’idéal de l’équipage embarqué dans une aventure (peu) commune, mais qui s’écrit, s’invente et dure, sous l’unique SCEAU de l’appel au beau.

Écoutons les divers langages qui se répondent dans l’ouvrage primé en 2016 par cette société: “S’Läwe ìsch schon widersch – La vie est déjà ailleurs”, en écho dialectophone et trilingue à Rimbaud comme à Kundera.

p1040151
Barbara Stern, lauréate du prix de la SEAL 2016, cliché Théâme.

De même, Mme Marylène Holl-Friz vient de publier le texte et la traduction des poèmes trouvés dans un petit carnet noir (1911-1913) rempli par son père, né en 1890 dans l’Alsace redevenue allemande, avec des illustrations de l’arrière-petit-fils d’Albert Holl : “Ce qui était dedans, précisa-t-elle, n’était pas effiloché”. Le souffle de l’inspiration alsacienne, lorraine et belfortaine (en particulier avec l’adolescente prometteuse Louise Marchal) se renouvelle, fort et fidèle.

p1040155
Mme Marylène Holl-Friz à l’AG de la SEAL, cliché Théâme.

Saint Luc écrivain, peintre et médecin semble d’ailleurs, au vu de la tradition, avoir manié des instruments variés pour poser des actes durables à travers les rédactions qu’on lui attribue : précisément les Actes des apôtres et le troisième évangile. Avec nos plumes et pinceaux, avec nos scalpels et photos, formons LA BELLE EQUIPE non BELLiqueuse pour faire échec à la guerre, cette gueuse.

nicolas-de-hoey
Nicolas de Hoey, “Saint Luc peignant la Vierge” (1603), https://parrotmuseum.files.wordpress.com/2014/09/nicolas-de-hoey.jpg

3 Replies to “Belles équipes.

  1. Lire Théâme est entré dans mes habitudes et mes attentes. Belle vision et belles visions se poursuivent et maintenant s’y invite la musique – même si dans le précédent numéro j’aurais peut-être préféré entendre davantage Joan Baez que Bob Dylan encore jeune et quelque peu nasillard. Je ne parle pas du texte, bien sûr.
    Le tableau de Nicolas de Hoey est superbe ; l’enfant Jésus y est nu tandis que l’ange est habillé. Qu’on n’y voie pas de question de genre, pour ne pas froisser notre bon François !

    1. Merci de cette belle fidélité pour mon blog amateur (et, paraît-il, monotone) de la part d’un professionnel ! Moi aussi, c’est par Joan Baez que j’aime Bob : je tenais cependant à le faire entendre en solo – d’autant plus que le lauréat semble devenu l’homme invisible ou muet ! Mais j’aimerais savoir mieux insérer la musique.
      En ce qui concerne Luc, le médecin se révèle un peu plus dans le tableau de Nicolas : un commentateur y a même découvert un flacon d’urine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *