Mulhouse : future passerelle pour enjamber l’Ill canalisée
en reliant les quais des Cigognes et des Pêcheurs.

Sur la rivière vont les canards et les ponts. Cette eau pure poussa les moulins, les étoffes, mais toujours résonnent ses refrains et ses strophes.

Tandis que l’Ill va respirer à nouveau l’air libre en traversant Mulhouse, comme un joyeux mannequin le canal du Rhône au Rhin se dégage entre gare et Musée d’Impression sur étoffes.

Et nous voici près de jardins effervescents comme un matin :

Journées d’Octobre 2021 à Mulhouse :
FOLIE’FLORE « Au cœur des fleurs »… avec un moulin de fruits.

tant de fruits mûrissent, et tant de mains fleurissent, que l’invention festive avance, accueille, tisse !

FOLIE’FLORE 2021 : une tenture de fleurs sort tout imprimée.

Les anciens ateliers sont ainsi magnifiés.

Presse à imprimer en miniature au Musée de l’Impression sur étoffes de Mulhouse.

Passons donc sous les portes végétales, mais fortes, pendant que des ciseaux coulent de neuves eaux.

FOLIE’FLORE 2021 : porte tendue de fleurs et ciseaux en jet d’eau.

Témoignons en effet de la reconnaissance au modeste travail des jardiniers dont le labeur intense, invisible, veille aux cités par-delà notre cécité.

FOLIE’FLORE 2021 : reconnaissance naturelle !

Même le manque de feu d’artifice estival est comblé par ces délices, lorsque le public est plongé, par sa danse file à file qui se déroule tranquille, dans la magique obscurité : la merveille de nos cœurs à la fleur s’appareille.

FOLIE’FLORE 2021 : « Le feu d’artifice de fleurs » composé par le fleuriste Régis Blanrue.

Non loin de là s’ouvre en plein-cintre l’hospitalité d’un grand peintre : son âme semble habiter encore nos rives et nos ondes vives en les faisant palpiter.

Jean-Jacques HENNER : « Paysage du Sundgau », 1879, Musée des Beaux-Arts de Mulhouse.

One Reply to “Au fil de l’Ill.”

  1. Les hautes lices des métiers à tisser et leurs belles parallèles de trame et de chaîne – ne se croisant qu’à l’infini – croisent ici les concourants rayons des moulins à eau, et cette eau ici c’est l’eau de l’Ill. A Mulhouse le moulin donna son nom, et à L’Alsace l’Ill donna le sien. Par tissage et imprimerie un fil relia ces ailes et ces eaux. Notre ville devint textile, on y imprima des tissus, tandis qu’à Strasbourg on imprimait des livres. Utile force des eaux. Mais les mêmes eaux arrosent des jardins, et les motifs floraux qu’on allait, entre autres indiennes ou oiseaux, imprimer à Mulhouse avaient besoin de vivants modèles. Mulhouse cultiva des jardins. Comment n’eût-elle pas aussi accueilli des floralies, ces éphémères chefs-d’oeuvre des jardiniers, eux qui impriment nos pelouses de vivants motifs aux couleurs de l’arc-en-ciel, et tout au long de l’année ? Ainsi les eaux dormantes que franchissent nos passerelles se souviennent des eaux industrieuses que Théâme remontant le fil du temps retrouve pour nous. Paraît à la fin, exposé au musée des beaux-arts, le plus alsacien de nos peintres du 19ème siècle. Il peignit moins de fleurs que de jeunes filles en fleurs, et il les aimait rousses et en cheveux. Les fils, dénoués, devenus chevelure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here