serabit_lg

Faut-il un sphinx pour suggérer la paix toujours insaisissable ? C’est probable, à lire les dernières découvertes concernant l’invention de l’alphabet, dont les premières traces ont été repérées sur cette statue du Sinaï remontant au deuxième millénaire avant Jésus-Christ. C’est quasi confirmé par cette sculpture de Grande Grèce : à Locres, l’un des Dioscures, maître d’équitation, est quasiment  porté dans l’espace humain par un autre sphinx, tout aussi mystérieux.

Italy, Calabria, Locri, Sculpture representing a naked knight and horse over a Sphinx, from the Temple of Zeus

Ainsi les moyens de communication furent à leur naissance confiés à la protection de divines puissances impénétrables, qu’il s’agisse du déplacement des hommes ou de la transmission des lettres. Précisément, Victor Hugo l’écrivait déjà dans son Tas de pierres cité récemment par Théâme :

Notre A, qui nous arrive à travers le grec et le latin, est phénicien. Il s’appelait Tête-de-Bœuf, Aleph, et en était l’hiéroglyphe. Ecrit renversé, comme faisaient les Phéniciens, il figurait la tête de bœuf avec ses cornes :

La course de ces caractères à travers les déserts et les siècles antiques se prolongea par le truchement de leurs créateurs, d’anonymes artisans et d’astucieux commerçants liés certes à la cité phénicienne de Byblos, mais – d’abord et jusqu’à la fondation de Carthage (exclue de cette dynamique relationnelle) – à la paix. De comptoirs en cités pour lesquelles ne comptait que l’échange fructueux, les Phéniciens semèrent en effet sur le bassin méditerranéen non seulement leurs techniques nautiques, mais aussi leur art alphabétique et leurs traits d’union, qui tissèrent de loin en loin, de proche en proche, l’Europe.

FilareteDoor-RapeOfEuropa

En active reconnaissance aux Phéniciens qui habitèrent et progressèrent sur l’actuel rivage syro-libanais, l’on est donc en droit d’entendre dans le nom d’Europa, cette fille du Couchant phénicien enlevée pour incarner en Grèce une plus Large-Vue, l’heure au pas. Nous avons plus précisément le devoir de ne plus faire le pied de grue devant les sphinges incongrues de la haine ou des calculs, de ne plus être sur le pied de guerre, mais enfin sur le pied de paix, donc sur un pied fraternel d’égalité coresponsable, particulièrement dans les natales régions proche-orientales d’EurOpe comme dans ses adoptives contrées occidentales.

BdyvzCqO0LBBMb_JAXpzJSamG8k

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *