SAMSUNG CAMERA PICTURES
Là-bas, quelle reine aux grands yeux galopait depuis des millénaires juchée sur un divin taureau ? Musée d’Alep en 2004, cliché Théâme.

Adélaïde fut noble, telle Europe, et reine suffisamment sainte pour patronner toutes les ALICE du monde.

st_adelaide_dec16
http://oodegr.co/english/istorika/europe/eikones/st_adelaide_Dec16.jpg

Mais que devient la métropole – ou ville mère – des autres, la cité de Syrie soudain vide et livide, Alep exsangue, orpheline aujourd’hui de ses enfants ?

160728_syrie_tpa-picture-67659
https://sos-kinderdorpen-wieni.netdna-ssl.com/sites/default/files/styles/universal_metatag_opengraph_image/public/universal_metadatadata/images/160728_syrie_tpa-picture-67659.jpg?itok=5wNdnhae

Ils sont avant nous les enfants d’Eur-Ope, née tout près de chez eux voilà trois mille ans, venue chez nous malgré elle, sur les ailes d’un taureau divin et de son double cadeau phénicien qui nous donna du même coup des ailes, son nom et son don de LARGE-VUE : la circulation des navires et de l’alphabet !

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Ecoliers dans la citadelle d’Alep au printemps 2004, cliché Théâme.

Ils travaillaient joyeusement à l’ombre de la citadelle huit fois millénaire…

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Le souk d’Alep en avril 2004, cliché Théâme.

… et près de l’hôpital médiéval hébergeant à peine des colombes.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Hôpital d’Alep au printemps 2004, cliché Théâme.

C’est pourtant de là que partirent les lettres traçant encore, éperdument et notamment, “la paix” dans le bois du monde.

p1030884
Lettres sculptées par Thierry Miguet, traçant le nom grec de “la paix” (“eirènè”), cliché Théâme.

Le ciel d’Alep s’est assombri. Quelle lampe peut y faire briller la vie ?

SAMSUNG CAMERA PICTURES
La citadelle d’Alep en avril 2004, cliché Théâme.

Le microscope et Galileo donnent certes aux Européens de quoi s’orienter dans l’infiniment petit comme à partir de l’infiniment grand…

p1040409
Le soir tombe sur le microscope ornant un belvédère de l’Hôpital Civil de Strasbourg, cliché Théâme.

Mais quelle nuit fera lever le jour du salut sur chaque pays qui gémit, sur notre cœur aveugle ou bien endolori, pour que les merveilles enfin se réveillent ?

2 Replies to “Alice au pays qui saigne et gémit.

  1. oh hommes qui oublient les dieux!
    qui recoudra tout ce qui a été séparé?
    qui pourra réparer?

    Mais les dieux sont là qui nous poussent à toujours recommencer
    Sans cesse reconstruire
    en avant vers notre futur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *