photo déclaration droits homme gp2
1.bp.blogspot.com

C’est toujours l’âge d’agir, même pour un continent “multimillénaire”, à plus forte raison pour un peuple qui s’est lentement unifié, particulièrement pour des croyants dont la foi s’enracine dans une infinie mémoire. Car seule la fierté d’un héritage, même et surtout invisible, mérite d’inspirer une généreuse humilité responsable.

cad93fc0-e4da-4706-a865-6f058ffb1e43
Moïse dans une mosaïque de San Vitale à Ravenne, www.hotelsravenna.it .

Ainsi, pour que routes et rues ne cessent de mûrir, toujours afflue l’âge d’agir. Moïse n’a-t-il pas entendu Celui dont le nom ne s’énonce que dans la solidaire délivrance lui dire à travers le buisson de flammes, en direction des âmes gémissant dans les failles du Sinaï, ces paroles incompréhensibles tant que le corps et l’action ne cherchent pas à les réaliser pour les saisir et les servir :

“Je suis m’envoie vers vous” (Ex 3, 14 dans la nouvelle traduction Bayard),

afin que nous quittions ensemble, avec Lui, la terre de la servitude ?

Dès lors un à un, mais les uns avec et par les autres, nous approchons les rives de lumière qui attendent la culture de nos mains agissantes. Grâce à la piste indiquée amicalement à Théâme, dans les parages de nos équipages se retrouve Henri Michaux – l’ancien futur médecin, l’ex-matelot, le fidèle aventurier des lignes fertiles – qui suggérait la même vérité fraternelle jusqu’aux cimes de l’intime :

AGIR, JE VIENS

Poussant la porte en toi, je suis entré
Agir, je viens
Je suis là
Je te soutiens
Tu n’es plus à l’abandon
Tu n’es plus en difficulté
Ficelles déliées, tes difficultés tombent

[…]

AGIR, JE VIENS

[…]

La paix des voûtes
La paix des prairies refleurissantes
La paix rentre en toi

Au nom du nombre le plus élevé, je t’aide
Comme une fumerolle
S’envole tout le pesant de dessus tes épaules accablées

[…]

Équipage de renfort
En mystère et en ligne profonde
Comme un sillage sous-marin
Comme un chant grave
Je viens
Ce chant te prend
Ce chant te soulève
Ce chant est animé de beaucoup de ruisseaux
Ce chant est nourri par un Niagara calmé
Ce chant est tout entier pour toi

[…]

Où était peine, est ouate
Où était éparpillement, est soudure
Où était infection, est sang nouveau
Où étaient les verrous est l’océan ouvert
L’océan porteur et la plénitude de toi
Intacte, comme un œuf d’ivoire. 

J’ai lavé le visage de ton avenir.

Henri Michaux, extrait de Poésie pour pouvoir, in Face aux verrous, Gallimard, 1967.

photo-compagnie-marie-chouinard-henri-michaux-mouvements-p28CKr2C8Y4q-17955
“Mouvements” de Henri Michaux par la Compagnie Marie Chouinard, www.fransaskois.info .

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *