20567600

Un enfant sait inventer le MOUVEMENT perpétuel : par le cœur inscrit dans tout accord comme par l’intuition qui sous-tend sa réflexion. Commence alors une TRAJECTOIRE qui transfigure l’art CINEMAtographique autant que celui-ci la transfigure, dans l’infini DEPLACEMENT de chaque spectateur vers d’intimes actions essentielles, par-delà même L’Extravagant VOYAGE du jeune et prodigieux T. S. Spivet. Car les contrechamps nous offrent aussi le raccord du silence et de l’harmonie.

A son éclosion suffisent le relèvement d’un arrêt de volet, le regard d’une gracieuse sentinelle sur le jour qui commence et l’ouverture de nos fenêtres intérieures au grand vent de l’inconnu.

Realisations4ef1bbace2029

Dès lors, l’obscurité déploie des voûtes de couleurs et de liberté… Alfred Manessier vient alors visiter, dilater, le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix.

P1030471

 Je sais la source qui jaillit et fuit,

bien que de nuit.

Cette source éternelle est bien cachée,
pourtant sa demeure je la connais,
bien que de nuit.
[…]
Je sais qu’il n’y a pas chose plus belle,
et que cieux et terre s’abreuvent d’elle,
bien que de nuit.
Je sais qu’on ne peut de fond y trouver,
et que nul ne peut à gué la passer,
bien que de nuit.
Sa lumière jamais n’est altérée,
et sais que vient d’elle toute clarté,
bien que de nuit.
[…]
P1030490

La Biennale du Verre vient même changer le barrage en rivage et les barreaux en brasero, par le clavier du contre-chant.

Aux reflets

du verre

se complaît

la terre :

quand l’âme réfléchit,

l’esprit se rafraîchit…

P1030477

Par le radieux éventail de cette exposition bisannuelle à travers l’Alsace et la capitale de l’Europe, le verre nous rappelle aussi la source de l’EurOpe, enfouie sous son nom mystérieux qui signifia tour à tour le Couchant et la Vaste-Vue, apparue sur le rivage phénicien où naquit, avec une des formes du verre, la transparence de nos moyens de communication familiers et quotidiens : toutes les techniques nautiques et le simple art alphabétique ont jailli sur ces bords du Proche-Orient, des mêmes mains créatrices !

P1030493

En pleins champs spatiaux et spirituels, nos tunnels peuvent déboucher sur l’accueillante prière d’une chapelle où se réfléchit une réflexion translucide et sur le raccord du plain-chant. Puisque aujourd’hui Albert Camus aurait cent ans, relisons ses Carnets : “Je ne connais qu’un seul devoir, et c’est celui d’aimer”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *