Eglise Saint-Léger de Guebwiller : exposition Le Christ vrai soleil sur le Chemin d’art sacré 2022, tableau de Catherine Chantilly intitulé La Joie.

BON nous est le JOUR, mais le savons-nous, le souhaitons-nous l’un à l’autre par ce petit mot, usé malgré sa double beauté, de BON JOUR ? Parfois le BONJOUR semble dans nos modernes villes, ligotées de fils ou de files, encore plus… compliqué que de rester juché pendant des siècles sur des tuiles glissantes ou de s’extirper d’une minérale serre impitoyable. Mais les arbres évoluent bien dans les localisations les moins praticables et les conditions les plus improbables !

Eglise Saint-Léger de Guebwiller : des aromates, deux acrobates, sur le toit de la joie ?
Collégiale Saint-Michel de Lautenbach (cliché A. Hiebel) : ensemble regarder au-delà, comme Eur-Ope la fille du Proche-Orient aux Larges-Yeux, qui devint mère d’une Europe toujours en marche dans son sillage clair ?

Après le salut de l’ange à Marie, qui signifie simplement BONJOUR, mais qui sonne dans son expression grecque comme « que la JOIE soit bien avec toi », deux visages s’encouragent.

Ainsi, tous les sauts de l’ange deviennent possibles, y compris vers le ciel, vers le salut qui surmonte et laisse en bas les talus.

Ligne des crêtes alpines face aux chaumes vosgiennes.

Alors, même le vieux hêtre s’arcboute et reste un jeune être, tel le souffle musicien ou le PHENIx PHENIcien, qui sur ses cendres galope dans le sillage d’Europe.

Markstein : le hêtre pile est évidé…

Car l’extraordinaire oiseau n’est que le frère du taureau qui nous offre le large alphabateau, qui certes perd pied, mais gagne à relier tant les temps que les espaces, ornant même les rapaces (tellement peu) humains de secourables mains. Un geste céleste, en arabe comme en hébreu, vibre sur le firmament bleu : rien n’emmure son murmure de PAIX, tout près.

…Mais le hêtre face est guidé.

Là lumière salue, nous ouvrant grand la vue : l’amitié comme l’amour, c’est simple comme BONJOUR.

Markstein, Chapelle Notre-Dame des Neiges : Vierge en bois et arbre en gloire.

 

 

One Reply to “Simple comme bonjour ?”

  1. Merci pour cette variation musicale sur le plus simple de nos mots de salutation, ce bonjour qui à la fois voit et souhaite que cela soit bon, tant tout cela est bon. Alors, cette bonté regardée et reconnue et transmise au Rencontré, cette bonté d’une vue des Alpes en octobre ou des deux faces d’un hêtre du Markstein, ou encore de l’improbable percée d’une herbe dans une fissure de pierre au sommet d’un clocher, cette bonté du jour qui nous donna ces choses belles, nous procure une paix de l’âme que l’autre langue choisit à son tour de dire et partager. Ainsi, comme en filigrane de la paix offerte par shalom ou salam, se devine cette bonté du monde qu’il nous faut dire et redire, car elle elle est donneuse de joie. Réjouir, c’est pacifier. Se réjouir, c’est agrandir comme un soleil la face de ce qui est bon. Alors vient la simplicité, je veux dire l’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-robots *Captcha loading...

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here