Guebwiller : des persiennes alsaciennes vues de la Neuenbourg.

C’est encore l’été qui vient nous visiter… En ces journées du Patrimoine arpentées par autant de moines, lumière et bois jouent à l’étroit, mais pour nous accueillir aux marges et pour enfin nous mettre au large.

Exposition Le portrait dans tous ses états, la poésie et Noémi peintes par Robert Breitwieser : Jean-Paul de Dadelsen avec la fille de l’artiste

« Maintenant au-dessus de ton corps pacifié, au-dessus

De ta boîte à sornettes, dans le fluide lisse de ton âme éployée, tu peux

Veiller. » (Jean-Paul de Dadelsen, finale d' »Exercice pour le soir ».)

ou bien…  Trouver refuge.

Christophe Ono-dit-Biot, Trouver refuge, illustration Gallimard de la manchette : chapelle sur le mont Athos, d’après une photo de Dmitri Kalvan.

« Alors je vais m’entraîner », dit la petite fugitive à son père médusé, qui vient d’affirmer sans y croire la possibilité de prier « là-bas » dans l’au-delà, depuis le cadre improbable du mont Athos…

L’âme fraîche pour l’éternité nous le fait savoir sans hésiter : dans la grâce de l’audace, d’Alice au « nez fin », Etienne Gendrin son digne petit-fils par alliance concocte avec humour et confiance son récit de jeune héroïsme discret : la Guide de France et le « scout toujours prêt » harmonisent des lignes parues pour faire signe.

Etienne Gendrin avec son personnage de belle-grand-mère éternelle et réelle, Alice Daul.

« Regardez : je suis avec vous à travers les jours jusqu’au bout, jusqu’à ce que s’accomplisse du monde l’immense hélice », dit le Christ à la fin de la Bonne Nouvelle selon saint Matthieu fêté ces jours-ci : foulons donc ce sol sur d’invisibles traces pour mûrir l’envol dans l’air que rien n’efface.

Quand des feuilles nous accueillent. au centre Teilhard de Chardin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Anti-robots *Captcha loading...

Taille maximum du fichier : 2 Mo. Vous pouvez télécharger un fichier : image. Drop file here