« Agglomération de dunes dans un cratère de Mars » exposé sur une des Berges de l’Ill à Mulhouse : Mars en août !

Serait-ce que les saisons ne sont plus au diapason ?

Affiche pour la Biennale de la Photographie à Mulhouse.

Les planètes se reflètent dans un miroir pour nous mouvoir… Mais parfois il nous manque bien plus qu’un compte en banque à force de lointains en route, avion ou train, comme sait le chanter avec fidélité le troubadour Jean-Yves :

quand on se croit partout et qu’on n’est nulle part, puisque l’amour reste l’unique puits de l’art, saluons la beauté vive…

Berges de l’Ill à Mulhouse.

…que les associations, sans que nulle se ménage ni relâche en nos parages, remettent en fonction !

Maison des Berges régulièrement rafraîchie.

Quels tourbillons deviennent caresse soulevant l’estivale paresse ?

Troupeaux de ceps et de nuages à la hauteur de Schwarzenthann.

La clôture a disparu, mais l’herbe repousse dru,

tandis que les muettes bêtes partent en quête de fêtes.

Moutons en contrebas de Schwarzenthann.

Quand un grand arbre prend sous son aile un plus frêle, le trottoir tout entier se change en doux chantier.

Symbiose au pied d’un ancien rempart mulhousien : Noël en août ?

C’est un printemps d’escapade et de nouvelle escalade

lorsqu’une modeste Tour Eiffel nous ouvre l’oreille à son appel.

Embryon de Tour Eiffel en contre-plongée inversée.

Il est temps que les marches de chêne soient des arches

vers les tremblants souvenirs qui montrent comment bâtir, au-delà de « cet état de mort lente et de survie » décrit par un rescapé de Tambow, « auquel on avait été amené, et qui ne nous permettait plus que de vivre du jour au lendemain, c’est-à-dire d’heure en heure »…

Entre les marches rénovées du Belvédère enfin rouvert, une statue apparaît à genoux.

Pourtant la souffrance se fit espérance :

au fond des mots peut résonner ce qui les a fait rayonner afin qu’ils conservent ce qui les innerve.

Malgré lui, malgré nous, ce « prisonnier inconnu », incompris, sculpté par Orlando Longhi, n’en revient pas.

Percevons-nous aussi l’imminent rendez-vous de tous les continents, lorsqu’ils plaident pour l’entraide ?

Un baobab artificiel écartelé au rond-point du zoo mulhousien.

Montons donc par les portes même étroites replonger dans l’été, sortons ensemble de nos sombres boîtes.

Mystérieuse porte d’ascension sur le « Mont des vignes » mulhousien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Anti-robots *Captcha loading...

Taille maximum du fichier : 2 Mo. Vous pouvez télécharger un fichier : image. Drop file here