Barcelone : la SAGRADA FAMILIA

En cette fête de la Transfiguration, pourrions-nous espérer une consolation alors que seules pleuvent des nues, en pleurs tout secs, des peurs inconnues  ? Qu’est-ce qui saurait désaltérer la PLANète ne cessant d’ERREr ?

A. Gaudi : Nativité visitée.

Seuls « l’amour et la technique », disait Gaudi même aux maudits, changent le monde en musique. Tout à coup, la mer sur le monde amer passe une étoffe douce : il sort de ses secousses. Or, écrit Martin Hirsch dans La Lettre perdue (et par l’action rendue), dans la vie, il faut choisir, comme le recommandait Jean Monnet : faire quelque chose ou être quelqu’un.

Choeur et nef de la SAGRADA FAMILIA : une inscription lumineuse sur le pilier salue le Berger de l’Eglise.

Alors le Berger de l’Eglise vient nous héberger dans Sa brise.

Cliché Karine H. : le Christ aux outrages sur le parvis de la SAGRADA FAMILIA.

Par le Christ outragé, nous voilà soulagés de l’obscure pesanteur pour cueillir la fraîcheur et la partager pure : est-ce donc que le tunnel ne serait pas éternel avec ses ombres soufflant sans nombre ? La terre est bleue comme un lac glaciaire ou bien tel un bac qui vous fait atteindre le but pour étreindre un essor frais et fort, comme celui que chante de sa voix vive l’ami troubadour lettré nommé Jean-Yves. Il faut pour monter savoir écouter…

Sur le massif du Carlit à plus de 2000 m d’altitude.

Avec génie coule la vie.

Lac du Vives.

Dès lors, les béquilles en ex-voto s’accrochent comme touches de piano remerciant, face au tabernacle, discrètement pour autant de miracles.

Font-Romeu : sous la tribune de l’Ermitage Notre-Dame, d’innombrables ex-voto.

Avec l’humble Vierge noire, l’accord des grillons alsaciens et des rustiques cloches, des cigales pyrénéennes et des croches, va chasser au loin l’horreur de la mort.

Concert à l’Ermitage de Font-Romeu.

Alors, loin d’être prisonnière, Marie délivre la lumière en grâce comme en beauté : les murs tombent de côté. Même les échafaudages dégagent chaque visage.

Tanguy de Williencourt interprète Schubert, puis Beethoven.

Et le chiffre sacré change la nuit en prés !

Le fer forgé de l’Oculus dessine les initiales d‘Ave Maria.

Il est des transports en… communion qui nous portent hors de nos couloirs noirs et de porte en porte.

Le petit Train jaune de Cerdagne.

Même saint Pierre fait gicler de la forteresse les clés.

Embarqués à Bolquère-Eyne, les voyageurs passent les portes de Villefranche-de-Conflent

La régalade ajoure la ruelle avec la fraîcheur d’une truelle.

Enseigne dans une venelle de Villefranche-de-Conflent.

Plus toniques, nous remontons en guettant hameaux et moutons, jusqu’à ce que le Canigou se montre, après le joyeux salut au tunnel qui fait jaillir l’appel à l’éternel, dans la grave majesté des rencontres.

Du pont de fer au tunnel clair, sous la prière de pierre dont le Canigou enveloppe les voyageurs humains… et canins.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-robots *Captcha loading...

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here