Cathédrale de Strasbourg : reflet d’un Ange du pilier sur la paroi de l’ancienne horloge astronomique.

Sur la muraille, dans l’ombre quel ange veille ? De la pierre quel son jaillit et s’émerveille ?

Transept méridional de la Cathédrale de Strasbourg : haut du pilier des Anges, avec à gauche le Christ en juge de miséricorde et de bénédiction.

Se peut-il que soudain vers nous se soit penché le cœur de l’Horloger ? Sa main vient nous chercher ensemble et nous loger, selon Sa promesse toujours nouvelle, au large d’une tendresse éternelle.

Ombre portée d’un autre Ange à côté de l’Horloge astronomique.

Odile fut sauvée de la nuit et lavée de sa cécité par les flots du baptême : c’est donc son lot de nous amener à la transparence, aux aimantes vues de la Providence.

Musée Lalique : sainte Odile. (Sur sa montagne, un vol de colibri s’en vient éperdument fêter un soldat qui soutient les roues brinquebalantes, les forces chancelantes.)

Mais, quand des projets dévorants tout près s’attaquent aux versants, comment saura-t-elle nous donner des ailes ?

Voegtlinshoffen, rue de Marbach, une obscure expression murmure : « Si vous auriez des ailes… »

A quel visage crucifié pourrions-nous désormais nous fier pour que l’espérance encore s’avance ?

Dans un jardin de Voegtlinshoffen, à l’approche de la Trinité.

Sinon à celui qui, muet, parle et luit ?

La rue qui mène droit à Marbach : au chantier qui vient d’ouvrir la terre et à l’enceinte fermée.

L’abbaye au bois dormant tressaille au souvenir de l’air qui travaille, au souffle de l’Esprit qui produit les plus impérissables des fruits.

Fac-Similé du CODEX GUTA-SINTRAM : double page calendaire du mois de mai.

Quelles abeilles au bois dormant la tireront du sommeil, sommant le chantier avec ses entailles d’épargner ses douces entrailles ?

Le chantier du Loisium jouxte l’enceinte de l’abbaye : les Amis de celle-ci sauront-ils faire déboucher un tel voisinage sur un présent qui puisse rendre l’avenir et le passé plus accessibles aux visiteurs de ces vignobles et de ces bois ?

Un à un, les manuscrits se relèvent sans un cri.

CODEX GUTA-SINTRAM : dans le recueil d’homélies, une mystérieuse et lumineuse enluminure du F (Zacharie ou Sintram ?).

Soudain la veille au bois dormant sent ses sarments qui s’ensoleillent…

Mulhouse, Cité de l’automobile : allégorie de la Musique.

Son oreille a souri : la musique mûrit sagement chaque treille.

Cité de l’automobile : une voiture de marque PHILOS, donc L’AMI.

Mais qu’au siècle de la vitesse les valeurs nous empêchent d’être au volant de noirs voleurs !

René Lalique : Ondines.

Que les sources claires coulent, désaltèrent notre aveuglement sous leurs immortelles senteurs qui nous sortent de nos lenteurs ! Pour le corps, pour l’âme, qui prient et qui clament, il faudra que demain soit d’eau, de vin et de pain.

Par Jean-Claude, un cousin helléniste et non voyant, moderne exaltation de la fleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Anti-robots *Captcha loading...

Taille maximum du fichier : 2 Mo. Vous pouvez télécharger un fichier : image. Drop file here