Jardin médiéval à Morschwiller-le-Bas : parmi les plessis, en lieu et place de la future fontaine, une pierre rescapée de la destruction du clocher en 1944, pendant les combats de la Libération.

Douce, la vie pousse et relie : on voit le bois lui-même en silence libérer l’enfance qui nous apprend à voir plus grand.

Retable de la chapelle Saint-Sébastien de Dambach-la-Ville : l’enfant Jésus retrouvé au temple par ses parents (Lc 2), en présence d’Anne et de Joachim ses grands-parents.

Certes, juste à côté, l’ossuaire agite un invisible suaire.

Ossuaire de la chapelle Saint-Sébastien de Dambach-la-Ville, accompagné de cette inscription : « Ce que vous êtes, nous l’étions ; ce que nous sommes, vous le deviendrez ».

Mais nous ne pouvons nous habituer à regarder ni mourir ni tuer. Affrontons la crainte, son hoquet de plainte.

Capture d’écran d’une composition de Jean-Yves Ragot, « N’aie pas peur de ta peur ».

Puis quittons l’entonnoir du tourbillon pour le chant libre et clair du papillon.

Autre image de cette création, accompagnée par la flûte de Marie-Cécile Ragot.

Dès lors, les envols ne hurlent plus sous les crimes ; inutile que des « gueules d’automne » friment : « Les guerres ne se ressemblent jamais parce qu’elles tuent différemment. Tout recommencer… » C’est la terre que tue la guerre qui pollue, plus que des inconnus ennemis prétendus !

Avant Quand hurlent les papillons, Jean-Marie Meshaka rédigea, mit en scène et joua Gueules d’automne.

Une expression sacrée nous laisse l’âme pâle et blême : « communauté internationale »… Mais, face à l’agression barbare, tout à coup surgit sous un vieux nom le sens si doux : sous le mot « Europe le nom d’un espoir pour le monde », écrit Francis Wolff.

Face à la guerre, avril 2022.

Quelle est donc cette Europe qui somnole moins qu’elle veille, réveille et console ? Son nom est depuis son pays natal Crépuscule, mais semble être un fanal…

Capture d’écran effectuée le 6 mai 2022 sur le générique de Plus belle la vie.

Certaines séries télévisées ainsi s’échappent de la risée : à Marseille, le soir nous apprend à mieux voir d’EurOpe aux Grands Yeux les humaines douleurs et la paix souveraine.

Le Grand Tour, ouvrage collectif sous la direction d’Olivier Guez,

Elle ne se connaît pas, mais elle renaît sans fin ni cesse à la tendresse : « En estonien, la nature (loodus), le créé (lootu) et l’espoir (lootus) sonnent presque de la même façon, écrit dans Le Grand Tour Tiit Aleksejev traduit par Jean Pascal Ollivry. […] Et, dans certains dialectes estoniens, loodus désigne à la fois l’origine, le résultat de la pêche et l’espoir »… De même, du fond de la misère qui ravageait la France au début du XIXe siècle, Frédéric Ozanam se lança simultanément et sereinement sur trois fronts conjugués : l’action de solidarité sociale, la magistrale comparaison des univers littéraires tissant l’Europe, surtout l’orientation de son couple sur un intime Infini. Sa jeune épouse Amélie lui est « destinée dès l’Eternité » et « marchera avec [lui] dans les mêmes chemins » – d’ailleurs longtemps après que ses pas à lui se seront arrêtés sur la terre… Dense, la vie danse et relie.

Première de couverture d’Amélie Ozanam, une vie 1820-1894, Editions Salvator, Paris, 2022 : le-petitatelier.com, dessin de Louis Janmot, Société de Saint-Vincent-de-Paul.

On ne peut avancer qu’à force de danser. Le plus grand poète suggère comment éclaircir le mystère sans mots : d’un saut reliant la vie à l’harmonie.

Capture d’écran du Ballet adaptant le roman de Victor Hugo Notre-Dame de Paris : chorégraphie de Roland Petit sur la musique de Maurice Jarre.

Alors, telle Europe, l’aile et l’esprit – sans que sous le vent, sur la mer, ils tremblent – partent encore en corps qui réunit contre la mort les êtres tous ensemble.

Capture d’écran de la bande annonce du film En Corps.

3 Replies to “Dense, la vie danse et relie.

  1. Qu’ elles sont nombreuses les richesses dont tu as tissé ce THÉÂME, et qu’elles parlent à tout notre être !
    Une fois de plus, MERCI Martine pour ton rôle essentiel et stimulant de passeure de nourritures terrestres et spirituelles.

  2. Et voici le nouveau commentaire qu’Anne Miguet me prie encore d’ajouter:
    « Vive cette remise EN CORPS de la danse de son esprit de louange et de joie. Ou dansons maintenant, soyons cigale, dépensons-nous tant que l’espoir joue « de la flûte sur la place » de nos marchés. Avant Jésus enfant, c’est la petite Marie qui, dit-on, sortit du temple entre Joachim et Anne en dansant… Croyons en ce Dieu qui danse, qui transforme « notre deuil en une danse ». Certes, les guerres font des gueules cassées, des « gueules d’automne » à nos printemps, et posent des ossuaires là où aurait dû pousser la densité d’une ros … ou d’une gueule de loup. Dans l’ombre de leurs époux, des femmes elles aussi résistèrent au pire, telle l’Amélie d’Ozanam et telle l’Yvonne de De Gaulle Car qui porte la vie s’oppose à ce qui tue. Dansons pour la paix ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-robots *Captcha loading...

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here