P1010667

Gare de Strasbourg, matin du 9 avril.

Il est des jours où les giboulées éclatent comme des rires (surtout face aux premiers essais photographiques de Théâme !) ou des portes qui s’ouvrent. Une fois arrivés, affrontons ensemble les derniers pieds de nez hivernaux en ouvriers de paix.

P1010668

Travaux en gare de Mulhouse.

Alors les rencontres bourgeonnent et bouillonnent, les feuilles de chou se font recettes à la « Tête de chou« , les livres délivrent et les railleurs sont travailleurs.

P1010669

L’écrivain et professeur Anne Miguet au restaurant mulhousien « La Tête de chou ».

Dès lors, les chantiers mettent les métiers au niveau de la lumière, qui se montre buissonnière.

P1010675

Le Sueur ou « Schweissdissi » du Tivoli mulhousien.

Même à la sauvette sur les rails, l’arc-en-ciel, comme une pousse d’ail, arrondit la route en arceau d’écoute.

P1010681

Train international en plaine d’Alsace.

Le train Paris-Moscou n’a-t-il plus la mémoire de Strasbourg et de ses misérables soldats libérés des bas flancs, mais non des noirs déboires qu’il faudra surmonter pour boire à la clarté des promesses tenues et de l’amour sauvé ?

P1010682

Surprise folklorique en gare de Strasbourg.

Les déportations viennent malgré nous quémander les pas de notre prière : qui dira les revenants à genoux et les rictus souriants sur les civières ?

P1010686

Strasbourg-Cronenbourg, stèle des Malgré-Nous.

Il faut lire et partir droit devant pour faire sortir de l’enfer tant de vivants transis et tant d’enfants meurtris.

P1010687

Ce grès discret, bien à l’écart de la ville, sonne muet et tranquille, comme un bronze priant, comme un bonze brillant. Il faut faire un détour entre les rails et l’herbe, même si l’on ne tient dans ses doigts nulle gerbe. Voici l’heure de l’avenir : courons, regardons-la jaillir vers des retrouvailles et d’autres semailles.

P1010691

Par-dessus l’Ancienne Synagogue et les Halles, quelle hampe d‘Iris a déployé son châle ? Ohé, Noé ! tu suscites la confiance dans le signe de l’alliance… Préférons comme arc et chant triomphaux, pour lutter contre tout ce qui raisonne faux, contre les traumatismes qui nous frappent à mort, le tremblant chromatisme de l’arc-en-ciel, si fort que son chemin de l’air appelle, par des reflets parfaits de paix, jusqu’à l’harmonie fraternelle.

P1010693

La Femme qui marche vers le ciel de Jonathan Borofsky, place de l’Ancienne Synagogue à Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-robots *Captcha loading...

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here