UNIR L’EUROPE, Septième Itinéraire Citoyen Européen : Jacques Schmitt à Venise.

Même ou surtout à Venise, c’est sous la lumière grise qu’il faut croire au réveil d’un essentiel soleil ! Heureusement que par moment nous console, mieux qu’un arc-en-ciel, une bonne boussole…

Neuvième étape : « EN TÊTE DE GONDOLE : LE TOURISME ET LA CULTURE

Pluie ou soleil, Venise ne désemplit pas. Les flots de touristes sont pris au labyrinthe des canaux et à la ronde des vaporetti qui les guident vers leurs étapes culturelles et marchandes. Venise est moins choquante que Prague ou Vienne parce qu’elle est une « merveille » séduisante, envoûtante et surprenante à chaque coin de rue ou passage sous les maisons.

Malgré la foule, le promeneur redevient un voyageur unique comme au temps de la riche capitale commerciale de la Méditerranée, qui dictait sa loi économique aux royaumes d’Occident et aussi d’Orient, de Rome à Constantinople, et traitait avec les Normen comme avec les Turcs.

Venise est Venise, l’unique cité sur la lagune, joyau de l’Occident, faut-il ajouter chrétien ? Ici, il le faut ! Toutes les églises en témoignent et la file qui se reproduit à l’infini pour entrer à San Marco en est une démonstration permanente.

Comme au temps de sa domination, Venise accueille toute la chrétienté et aujourd’hui toutes les citoyennes et citoyens du monde. Elle apprend à toutes et à tous en marchandant tout, en transmettant avec force ses convictions comme un «code » qui n’est pas secret, mais volontairement universel. Ce qui s’échange ou celui qui échange fait déjà un pas vers l’autre. Ici, les « bulletins » d’UNIR L’EUROPE sont aussi un « signe » d’échange et de reconnaissance des Citoyens d’Europe, qu’il faut bien distinguer parmi les autres représentants des cultures du monde.

Se glisser dans la file de San Marco peut valoir quelques insultes, y compris de Français, mais cela permet à coup sûr de trouver des Européens en quête de valeurs communes ; et ils ont le temps de réfléchir sinon d’écrire (parfois durant deux heures) et le mail de contact d’UNIR L’EUROPE sera une bonne monnaie d’échange dans tout pays de l’Union européenne, en particulier à Strasbourg, où notre Cathédrale saura les accueillir en toute simplicité (et sans fouille), tout comme le Lieu d’Europe.

Dois-je confesser que je suis aussi sous le charme de Venise ? Je crois que vous l’aurez compris ! Ainsi est notre culture d’Athènes à Helsinki, de Séville à Saint-Pétersbourg !

Jacques SCHMITT

L’itinérant européen tout gondolé »

Oui, cultivons activement l’espérance : ainsi les constructions montent et s’avancent. Ainsi brille et bouillonne comme un arc-en-terre la jeune sève d’un parc où tant de gracieux services offrent déjà leurs prémices.

UNIR L’EUROPE, Septième Itinéraire Européen : à Rovereto.

Dixième étape : « ROVERETO

COMME UN CREUSET DE PENSÉE DANS LA MONTAGNE

Cette ville moyenne dont le cœur bat comme celle d’une cité traditionnelle des Alpes est étonnante de vitalité et de créativité sans extravagance. Se cultiver, penser, créer : cest devenu une devise naturelle comme pour effacer des siècles de conflits, surtout celui de la première guerre mondiale, où la Vallagarina fut en première ligne comme nos sommets des Vosges et pour les mêmes raisons.

Rovereto est pleine de symboles. Elle me fait penser à Guernica, mais en moins violent : car toute la pensée humaine semble désormais paisiblement s’y rassembler. Les personnes viennent vous parler comme dans un village. La jeunesse se rassemble sur le MART, incroyable agora culturelle populaire inventée par des artistes de tous les arts, non pas pour une élite, mais pour la communauté : une réussite totale tournée vers le progrès global de l’esprit, de la connaissance et l’éducation de chacun. Ce n’est pas un « bidule culturel contemporain » compris par un groupe d’intellectuels auto-décrétés, financés par la collectivité et compris exclusivement par eux-mêmes, mais une vraie démarche d’appropriation de la culture par chaque personne de toute génération et tournée vers l’acculturation permanente façon Malraux et Maritain, Comte et Voltaire, Sartre et d’Ormesson (je mets mes antinomiques nécessaires, mettez les vôtres)… Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une culture naturellement en expansion permanente comme le sont l’univers ou notre conscience de l’existence.

Hier, je n’ai rencontré qu’une jeunesse italienne studieuse et distraite, à la fois avide de discussions et intriguée par des plus âgés qui cherchent le contact, un peu comme des exemplaires d' »homo sapiens » allant à la rencontre d’une génération toute fraîche, elle-même prête à concevoir le 21ème siècle à l’aube du 3ème millénaire. Qui désespère de ce monde ?

Sans doute les médias et les politiques… C’est vrai dans toute l’Union européenne. Les citoyennes et les citoyens de nos nations européennes croient, elles et eux, en leurs enfants.

L’itinérant européen,

fabriqué par une éducation familiale

et par l’instruction publique,

Jacques Schmitt. »

L’étape finale de ce Septième Itinéraire Européen, vous le savez, sera justement partagée par vous et nous pour que nous puissions contribuer ensemble à UNIR L’EUROPE : RENDEZ-VOUS à l’arrivée de Jacques Schmitt ce samedi 1er septembre 2018, à 11h 30, à Schirmeck au Mémorial Alsace-Lorraine-CHEMINS-D’EUROPE.

UNIR L’EUROPE, Septième Itinéraire Européen : à Rovereto, la boussole se reforme comme un arc au ciel… et sur terre.

 

One Reply to “Une boussole en arc-en-ciel, 3.”

  1. Comme on suit volontiers Jacques l’européen digne héritier de Montesquieu : comment peut-on être européen ,? Très joyeusement, nous dit Jacques depuis la place saint Marc où il est devenu parmi la foule  » un vivant à Venise », Venise aux cents églises et canaux et aux mille tableaux et gondoles. L’itinéraire devient pèlerinage aux sources des arts et les muses y sont les ondines de la lagune. Et si l’on s’éloigne un peu de plus grands centres, la jeunesse italienne est là, saine et sauve, et encore ardente à la rencontre et à la découverte. Demain ce sera pour Jacques, Shirmeck et les Vosges les lieux de mémoire et de larmes n’empêchant pas l’espérance obstinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *